Menu
Inscription à la newsletter
Facebook
Facebook
Twitter
Pensées...

L'art

Lorsque l'art se met en route à la recherche de la beauté, il est semblable au cœur qui chemine en quête de spiritualité.

En quête

Et j'étais en quête...J'ai tant cherché sans jamais rien trouver...Je rendais mon esprit coupable de sa paresse, coupable de son ignorance, coupable de manquer d'intelligence...Mais un jour, dans l'intimité d'une prière, j'ai compris qu'il y avait un endroit où je n'avais pas cherché, un lieu tellement immense, qu'une vie ne suffirait pas à tout découvrir. Ce lieu c'est mon coeur. Il battait à l'intérieur de moi, je ne l'entendais pas, je ne l'entendais plus...Aujourd'hui j'apprends à écouter mon coeur et j'apprends surtout à me taire car rien n'est plus beau que le son du coeur qui bat, une percussion intérieure à laquelle s'ajoute la mélodie de la vie. Mettre les notes en ordre sur une partition, éviter les fausses notes, les silences maladroits, mettre son coeur au service de cette belle mélodie qu'est la vie. Il y aura le bruit assourdissant des épreuves qui répondra à la douce harmonie de la foi et de l'amour. Trouve ton équilibre dans le sens, dans ta paix, dans tes prières, en ton coeur...

Lille, le 2 Janvier 2016

Spiritualité du matin

Chaque jour, il faut apprendre à se nourrir de la spiritualité du matin. Être avec soi quand le monde dort. Tu sens la nuit qui t'a protégé, apaisé, enveloppé. Une nuit qui laisse place au tumulte du jour, un monde qui s'éveille comme un doux grondement intérieur. Spiritualité du matin qui t'aide à vivre le jour. Travail, famille, quête, épreuves...La spiritualité du matin c'est une prière, un moment de méditation, un moment de réflexion, de remise en question. C'est le moment d'écouter ce monde dans le silence pour mieux vivre le bruit qui attend ta journée. Et c'est là que tu comprends les signes de la nuit qui laisse place au jour.

Lille, 29 Janvier 2015

Vis...

Tu ne joueras jamais un texte ou un scénario dont tu es l'auteur de la même manière qu'un texte ou un scénario écrit par un autre. Le spectacle de ta vie doit être écrit par toi-même. Déchire en mille morceaux celui qu'on a voulu écrire pour toi...

15 avril 2010

Mon coeur est partout

En France, on me fait parfois comprendre que je ne suis pas français parce que je suis né au Maroc. Au Maroc, on me fait comprendre que je ne suis pas marocain, parce que j'ai grandi en France. En Arabie Saoudite on me fait comprendre que je ne suis pas musulman parce que je vis en Occident. Cela me va bien. A tous ceux-là je dis : "Si pour vous je suis nulle part, mon coeur lui, a sa place partout."

25 Février 2010
Galerie
Menara
Le Pont Pasteur
La Koutoubia
Bordeaux, Hôtel de Ville
Le Pont Galliéni

Nos blessures




 

               Chacun au fond de soi possède ses blessures et ses failles. Nous venons en ce monde comme des brebis que la vie marque au fer rouge et nous portons cette cicatrice plus ou moins profonde en fonction de l'intensité de l'épreuve que nous avons vécu. Cette faille peut façonner notre être ou l'aliéner, ou le détruire. Ces blessures naissent très souvent à l'aube de notre enfance : l'abandon, l'humiliation, la solitude, la violence, la déshumanisation et la privation sont autant de sentiments et de situations que certaines personnes se plaisent à orchestrer pour couler le coeur des autres.

 

               Mais vient un moment où ton coeur est amené à croiser un être à aimer, un être qui possède aussi ses propres blessures, différentes des tiennes certes, mais celles-ci sont bien présentes et il faut vivre avec. Tu ne pourras jamais faire ta vie avec un être parfait. Il peut paraître le plus beau ou le plus intelligent, la blessure est là, qu'elle soit grande ou petite, profonde ou légère. Tu apprends lentement que connaître et comprendre les blessures de l'autre est une véritable quête. La vie à deux devient un questionnement permanent. Il ne s'agit pas de déterrer de force ce qui est enfoui dans le coeur de l'autre. Cela peut se révéler de manière naturelle à force d'amour, de présence, de mots et de gestes pleins d'attentions. On peut soit embrasser et aimer ces blessures, soit éprouver de la répulsion et s'éloigner. Entre un coeur qui s'approche pour panser des plaies et un coeur qui s'éloigne par lâcheté, on mesure la sincérité de l'amour.

 

               Alors, être attentif aux peines de l'autre et avoir la force d'entendre leur origine donne tellement de sens à la présence des êtres aimé(e)s. S'accompagner à deux dans cette vie, c'est avant tout ouvrir nos coeurs à nos histoires communes. Et puis vient le jour, où l'être aimé(e) te confie vraiment ses douleurs les plus profondes, des peines que tu ne soupçonnais même pas et à ce moment-là tu te souviens à quel point tu as été injuste dans certaines paroles. Mais comment pouvais-tu savoir ? Tu demandes pardon et tu apprends à aimer encore plus. L'être aimé(e) t'offre ses confidences comme un cadeau, dans le secret de la confiance de l'amour. Précieuse confiance.

 

Cette démarche qui consiste à écouter les peines de l'autre est essentielle pour chasser les incompréhensions. Il devient alors plus facile de ne pas blesser puisque tu commences à découvrir où se cachent les cicatrices invisibles mais pourtant sensibles.

 

               Cependant, il peut t'arriver d'être sourd aux peines de l'autre parce que tu penses que seule ton histoire personnelle est la plus douloureuse. Tu peux tellement être centré sur ta douleur que tu plonges facilement dans l'égoïsme. Ta souffrance impose à l'être aimé(e) d'être à ton service et cette même souffrance a piégé ton coeur au point de le rendre aveugle aux besoins et aux douleurs de la personne qui se trouve à tes côtés. Tu t'es enchaîné à un égocentrisme redoutable et l'être aimé(e), dans un coin de ta vie, est aussi suspendu, malgré lui à ces chaînes que tu as forgées.

 

               Être inattentif à la souffrance de l'autre c'est briser petit-à-petit cet amour qui vous lie et la vie y perd tout son sens. L'amour devait te permettre de construire et de t'épanouir, et tu en as fais un lieu abandonné, vide de compassion, saccagé par ton indifférence, un lieu où tu as construit les ruines sous lesquelles gît l'être aimé(e) que tu devais protéger, un coeur qui a commencé par t'aimer mais auprès duquel tu t'es rendu détestable. Ton coeur s'est transformé en sanctuaire où ta souffrance est reine, une demeure où l'âme de l'être aimé(e) a été asservi(e).

 

               Aussi, souviens-toi du jour où ton coeur était presque mort et que l'autre a fait renaître par son amour. Souviens-toi aussi qu'une renaissance sans gratitude et sans reconnaissance te poussera à nier ce qu'on t'a offert. Souviens-toi enfin que tes blessures existent pour être réparées et apaisées. Elles ne guériront sûrement jamais. Au mieux tu les oublieras quelques temps et si tu arrives à les oublier dans l'amour auquel tu portes toute ton attention, tu auras compris qu'il suffit de se confier un peu auprès d'un coeur attentif pour goûter le sens du véritable amour, un amour qu'on ne piétine jamais et qui ne mérite pas d'être trahi.

 

Khalid Mossayd

le 21 Novembre 2019
 

Commentez et partagez, ce lieu est fait pour cela.

 




1.Posté par Rehab (Souad, Sadia) le 22/11/2019 01:34
MachaAllah, Barak Allahou fik Khalid pour cet excellent rappel!
Ne pas oublier,se rappeler, pour se rendre compte que l on est béni 😍 le défi est là...

2.Posté par Irina le 22/11/2019 10:08
Texte sublime et très parlant.
Merci khalid pour votre générosité et vos partages. C’est un cadeau de vous lire ❤️.

Irina

3.Posté par Nellia le 22/11/2019 21:58
Merci pour ce beau texte ❤️ Qui est véridique et fait tellement de bien... qu’Allah nous facilite afin d’alléger les peines, blessures et souffrances d’autrui.

Nouveau commentaire :