Menu
Inscription à la newsletter
Facebook
Facebook
Twitter
Pensées...

L'art

Lorsque l'art se met en route à la recherche de la beauté, il est semblable au cœur qui chemine en quête de spiritualité.

En quête

Et j'étais en quête...J'ai tant cherché sans jamais rien trouver...Je rendais mon esprit coupable de sa paresse, coupable de son ignorance, coupable de manquer d'intelligence...Mais un jour, dans l'intimité d'une prière, j'ai compris qu'il y avait un endroit où je n'avais pas cherché, un lieu tellement immense, qu'une vie ne suffirait pas à tout découvrir. Ce lieu c'est mon coeur. Il battait à l'intérieur de moi, je ne l'entendais pas, je ne l'entendais plus...Aujourd'hui j'apprends à écouter mon coeur et j'apprends surtout à me taire car rien n'est plus beau que le son du coeur qui bat, une percussion intérieure à laquelle s'ajoute la mélodie de la vie. Mettre les notes en ordre sur une partition, éviter les fausses notes, les silences maladroits, mettre son coeur au service de cette belle mélodie qu'est la vie. Il y aura le bruit assourdissant des épreuves qui répondra à la douce harmonie de la foi et de l'amour. Trouve ton équilibre dans le sens, dans ta paix, dans tes prières, en ton coeur...

Lille, le 2 Janvier 2016

Spiritualité du matin

Chaque jour, il faut apprendre à se nourrir de la spiritualité du matin. Être avec soi quand le monde dort. Tu sens la nuit qui t'a protégé, apaisé, enveloppé. Une nuit qui laisse place au tumulte du jour, un monde qui s'éveille comme un doux grondement intérieur. Spiritualité du matin qui t'aide à vivre le jour. Travail, famille, quête, épreuves...La spiritualité du matin c'est une prière, un moment de méditation, un moment de réflexion, de remise en question. C'est le moment d'écouter ce monde dans le silence pour mieux vivre le bruit qui attend ta journée. Et c'est là que tu comprends les signes de la nuit qui laisse place au jour.

Lille, 29 Janvier 2015

Vis...

Tu ne joueras jamais un texte ou un scénario dont tu es l'auteur de la même manière qu'un texte ou un scénario écrit par un autre. Le spectacle de ta vie doit être écrit par toi-même. Déchire en mille morceaux celui qu'on a voulu écrire pour toi...

15 avril 2010

Mon coeur est partout

En France, on me fait parfois comprendre que je ne suis pas français parce que je suis né au Maroc. Au Maroc, on me fait comprendre que je ne suis pas marocain, parce que j'ai grandi en France. En Arabie Saoudite on me fait comprendre que je ne suis pas musulman parce que je vis en Occident. Cela me va bien. A tous ceux-là je dis : "Si pour vous je suis nulle part, mon coeur lui, a sa place partout."

25 Février 2010
Galerie
Le Pont Galliéni
Le Pont Pasteur
Menara
Bordeaux, Hôtel de Ville
La Koutoubia

Le Temps des souffrances




          On pose souvent la même question à celles et ceux qui nous entourent ; cette même question nous est posée aussi et elle est parfois tellement bête qu’il est possible que la réponse n’existe que pour nous rassurer. L’évidence même est enracinée dans la réponse. « Quel est ton objectif dans cette vie ? », et à l’autre de répondre dans un élan profondément philosophique : « Je veux connaître le bonheur ». Le monde entier souhaite le bonheur. Chacun aspire à le toucher au moins du bout des doigts. Seulement le toucher, seulement le goûter.

 

               Etrangement, la grande majorité des gens veulent « être heureux » ou veulent, dans la même suite logique, « être aimés ». A-t-on souvent entendu des gens répondre : « Je veux rendre quelqu’un heureux », « Je veux aimer » ? Pourtant, ces deux réponses sortent fréquemment d’une même bouche et d’une même intention. Elles sont malheureusement très contradictoires. Celui qui veut rendre heureux l’autre, porte déjà le bonheur en lui ; celui qui veut aimer est dans une quête qui peut ne pas aboutir. Le bonheur et l’amour, même s’ils paraissent liés, ne réussissent à s’unir que si l’amour est donné et vécu avec intelligence et s’il est reçu avec humilité.

 

               Alors, l’autre question à poser après avoir entendu les bonnes intentions  de nos cœurs est : « Avons-nous du temps à perdre à souffrir ? » Le bonheur de l’amour est-il trop lourd à porter ? On attend toujours beaucoup de l’autre mais le véritable défi est d’agir sur l’être aimé. N’attendez pas qu’on vous donne. Vouloir à tout prix « être aimé » est l’existence d’une faiblesse et le début d’une grande souffrance. Nous avons tous en nous ce désir d’être aimé mais il ne doit pas prendre le dessus sur nous de manière à nous submerger. Donnez, et plus vous donnerez, plus l’autre appréciera et son bonheur sera votre meilleur satisfaction. Ne donnez surtout pas aux ingrats, aux voleurs d’amour, aux voleurs de temps, aux adeptes de l’auto-destruction et aux alliés de la souffrance ! L’âme a besoin qu’on la tire vers le haut, qu’on la consolide et qu’on la construise afin qu’elle puise dans le secret de son humanité.

 

               Nous n’avons plus le temps de souffrir ou de faire souffrir…Le temps est au sourire, à la joie, au bonheur, à l’amour…Acharnez-vous sur l’autre par votre amour et non par votre haine ou vos coups. Je vous regarde et je vous laisse sur le bord de cette route. Votre souffrance me touche, elle me fait de la peine mais je lui interdis de me ronger. Si vous avez du temps à perdre, mon cœur n’en a plus. Le cœur avance vers un signe, avec un signe, avec à ses côtés une âme en peine, mais une âme pleine d’une lumière qui n’en finit pas de t’apaiser, une âme qui en donne trop, beaucoup trop et c’est tellement effrayant qu’il faut être à la hauteur.

 

               Tu avances encore et toujours parce que tu n’as pas le choix et parce que la vie est trop courte pour y ajouter de la souffrance en plus. Tu avances avec une âme qui te porte. Sa présence est nécessaire. Son absence est une « belle souffrance » parce que ses pensées t’obsèdent et qu’à tes côtés, elle t’apprend à maîtriser ce brasier. Tu la protèges par ta force, tu l’apaises par ta foi, sûrement, et tu essaies de comprendre la moindre de ses angoisses. C’est cela rendre quelqu’un heureux ; c’est cela donner de l’amour pour être aimé ; c’est comprendre l’autre et être vigilant aux sursauts de son cœur et à l’origine de ses peurs. Nous sommes humains et nous pouvons perdre pied à chaque instant. L’être aimé observera ta capacité à remonter en selle et à reprendre le chemin de la protection, de la force, de la présence et des mots qui éteignent ses angoisses.

 

Khalid MOSSAYD, Valence, Le 28 Septembre 2010